Essai 1 : Agriculture Urbaine. Legal Smart Contract pour contrôler droit et obligation sans intermediaries. P2PLaw

smart-contract-alex-garcias-oct-19-05

Alex Garcias – Legal Smart Contract to control rights and duties without intermediaries

Essai 1 : Agriculture Urbaine. Legal Smart Contract pour contrôler droit et obligation sans intermediaries. P2PLaw

Observation

La croissance rapide des villes dans le monde en développement met à rude épreuve les systèmes d’approvisionnement alimentaire urbains. L’agriculture – qui comprend l’horticulture, l’élevage, la pêche, la sylviculture et la production de lait et de fourrage – s’étend de plus en plus aux villes.

L’agriculture urbaine fournit des aliments frais, génère des emplois, recycle les déchets urbains, crée des ceintures vertes, et renforce la résilience des villes face au changement climatique.

Rôle de la FAO dans l’agriculture urbaine

L’agriculture urbaine et périurbaine (AUP) consiste à cultiver des plantes et à élever des animaux à l’intérieur et aux alentours des villes.

L’AUP fournit des produits alimentaires de divers types de cultures (graines, plantes racines, légumes, champignons, fruits), des animaux (volailles, lapins, chèvres, moutons, bétail, cochons, cochons d’Inde, poissons, etc.), ainsi que des produits non alimentaires (herbes aromatiques et médicinales, plantes ornementales, produits forestiers, etc.).

Elle comprend la sylviculture pour la production de fruits et de bois de feu, ainsi que l’agroforesterie et l’aquaculture à petite échelle.

L’agriculture urbaine

Les légumes ont un cycle de production court – certains pouvant être récoltés dans les 60 jours suivant la plantation – et sont donc parfaitement adaptés à l’agriculture urbaine.

Les jardins potagers peuvent être jusqu’à 15 fois plus productifs que les exploitations des zones rurales.

Une superficie d’un mètre carré peut fournir 20 kg de nourriture par an.

Les maraîchers urbains ont moins de frais de transport, de conditionnement et d’entreposage, et ils peuvent vendre directement à l’étalage dans la rue ou sur les marchés.

Ils perçoivent plus de revenus qui iraient autrement aux intermédiaires.

L’agriculture urbaine fournit des emplois et des revenus pour les femmes pauvres et les autres groupes défavorisés.

Un jardin de 100 m2 peut générer un emploi dans la production horticole, la fourniture d’intrants, la commercialisation et la création de valeur ajoutée du producteur au consommateur.

Cependant, dans de nombreux pays, l’AUP n’est pas reconnue dans les politiques agricoles et la planification urbaine.

Les producteurs opèrent souvent sans permis. En raison de son caractère souterrain, dans de nombreuses villes le secteur ne reçoit aucune aide publique et échappe à tout contrôle de l’État.

Rôle de la FAO

La FAO cherche à faire en sorte que l’AUP devienne une utilisation des terres et une activité économique en milieu urbain intégrée dans les stratégies nationales et locales de développement agricole, les programmes alimentaires et nutritionnels, et la planification urbaine.

Elle aide les gouvernements nationaux et régionaux et les administrations urbaines à optimiser leurs politiques, à promouvoir des services en faveur de l’agriculture urbaine et périurbaine et à améliorer la production, la transformation et les systèmes de commercialisation.

Les programmes techniques de la FAO soutiennent les activités de nombreux partenaires de l’agriculture urbaine et périurbaine dans les villes et les zones urbaines.

Elle aide les États Membres à développer le secteur, en recueillant des données sur la contribution de l’AUP à la sécurité alimentaire. FAO http://www.fao.org/urban-agriculture/fr/

Noiturre et technologie

La FAO, organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, est préoccupée par le système alimentaire mondial. En effet, la faim affecte une grande partie de la population. Avec la surpopulation, le problème s’aggrave. Dans quelques années, il n’y aura plus assez de nourriture et d’eau pour tout le monde. La recherche de nourriture provoquera une immigration massive dans les pays disposant de plus de ressources alimentaires et d’eau potable.

Dans cet essai, nous examinons l’utilisation de la technologie pour contrôler les droits et les obligations de la population et du gouvernement en matière d’agriculture urbaine.

Argument

Legal Smart Contract pour contrôler le droit et l’obligation des personnes à la santé, la vie en tant que garantie universelle des droits de l’homme pour l’accès à des aliments sains.

Essai complet: http://alexgarcias.com.br/Ensaios/France/AgricultureUrbaine/smartcontract/Essa1-legal-smart-contract-agriculture-urbaine-fao-alex-garcias-blockchain.pdf

____________________________________
Alex Garcias, Dr. Essai 1 : Agriculture Urbaine. Legal Smart Contract pour contrôler droit et obligation sans intermediaries. P2PLaw. Num. : 000211019Fr. Title : Agriculture urbaine, 2019, http://alexgarcias.com.br

Essay 1: Legal Smart Contracts – General aspects

smart-contract-alex-garcias-oct-19-02

Alex Garcias – Legal Smart Contract

Essay 1: Legal Smart Contracts – General aspects

Observation

In the world, we have some methods to resolve legal conflicts. In any case, the ultimate goal of the governor to prevent private revenge in the centralized system is to send conflicts to the judicial system.

It is safe to say that the government has a monopoly of justice. Because the government, which includes politicians and political issues, controls the law and controls the judicial system as a judge, prosecutors and lawyers.

Every country has the same system for resolving conflicts. Every country, with rare exceptions, has a legislative system, judicial system, and executive system. They call this the ecosystem as “The Three Pillars of Power” in a Rule of Law Republic.

The Three Pillars of Power are evident as the main element of the centralized system for building laws in the legislative system, enforcing law in the judicial system, and administration by the executive system.

This means that the government has absolute control over the three pillars of power in the Democratic State. Absolute government control over the three pillars of democratic power does not represent the sentiment of the people. We often see inequality in countries. Inequality is the effect of the administration of the three pillars of democracy. Thus, inequality is a political effect.

The judicial system in many countries has the same problems, as follow:

  1. High cost for taxpayers;

  2. High cost to access the judicial system;

  3. Power abuse. Court officials, prosecutors, lawyers, the judiciary police;

  4. Inequality. The world judicial system pays more attention to the rich and less attention to other social classes.

  5. The time to resolve conflicts is longer;

  6. Inefficiency to resolve conflicts;

  7. Corruption;

  8. Racism;

  9. Political power submission;

The judicial system needs to evolve to be called fair.

Perhaps as we think of the judicial system we will remember the judicial system in the developed country. But we think of the judicial system in developing countries or the third world, fourth world, fifth world. How do people in those countries have rights and duties guaranteed in the judicial system? How they access the judiciary to resolve their conflicts that are Law and Duties between people? Just look at these people to see the evidence that their rights and duties are not respected by the State they are a citizen of.

There are many conflicts that do not need government or other intermediary intervention. The judicial system should be reserved for solving State problems regarding political agents and public administration. Thus, the judiciary must oversee and control the government and judge its action or omission against the people.

In the background, the judicial system must judge each person’s action or omission against human life and the State. The others are rights and duties such as the crime against material or immaterial property, domestic or international commercial conflicts, civil law, criminal law, except crime against human life among others, there is no need for access to the judicial system to be resolved.

It is common for companies to access the court system to resolve worker-related, unpaid, consumer law, real estate law such as renting, buying, selling. Many legal conflicts can be resolved without intermediaries and without access to the court system. Person to person, company to company. They can follow general law and resolve their conflicts without intermediaries.

With new technologies like Blockchain, IoT, Artificial Intelligence, Machine Learning, we can move from centralized to decentralized system to fix problems in the three pillars of the Democracy. In this essay, we look at solutions for the judicial system.

Argument

We consider that judicial system problem first:

Development countries;

Isolate places;

Legal Smart Contract can control rights and duties about person, company, government without intermediaries as judicial system, arbitration, mediation;

All human relationship about human rights and duties can be controlled by technologies such as Legal Smart Contract, Blockchain, Internet of things, Artificial Intelligence, Machine Learning;

Legal Smart Contract can control rights and duties and solve conflicts without intermediaries within seconds;

Legal Smart Contract is a common contract with special quality. Its quality is self-execution. When the ecosystem receives instructions between the world of facts and the virtual world, the rights and duties recorded in the Legal Smart Contract are fulfilled without human intervention, without intermediaries.

Complet – PDF: http://alexgarcias.com.br/Ensaios/English/smart-contract/1.legal-smart-contract-general-aspects-alex-garcias-oct-19.pdf

___________________________
Alex Garcias, Dr. Essay 1: Legal Smart Contract – General aspects, 2019, http://alexgarcias.com.br

Essai 1. Legal Smart Contract: contrôler les droits et les obligations dans l’agriculture urbaine.

Legal Smart Contract - Alex Garcias

Legal Smart Contract – Alex Garcias

Essai 1. Legal Smart Contract: contrôler les droits et les obligations dans l’agriculture urbaine.

Observation

La nourriture est une préoccupation mondiale. Tout comme la qualité des aliments est une préoccupation mondiale et un cas de santé publique. De nombreuses maladies sont liées à la mauvaise qualité de la nourriture pour l’homme.
Ce sont deux préoccupations majeures pour le monde. Le premier est la production alimentaire, nourrir les gens. La seconde est la qualité de la nourriture. Résumée en quantité et en qualité de nourriture.

Le modèle de production alimentaire actuel utilise beaucoup de poison pour produire en grande quantité. En règle générale, la production importante d’aliments est liée à l’utilisation de poison. L’agrotoxicité dans les aliments est un problème de santé publique mondial. La santé est un droit humain universel lié au droit à la vie, qui est également le droit suprême de l’homme. Par conséquent, l’accès à une nourriture de qualité est un droit universel des hommes.

Tout au long de la chaîne et des secteurs agricoles, dont l’agriculture urbaine fait partie, sont contrôlés par des contrats. Pour cette raison, il existe une relation de cause à effet en droit et en devoir.

La chaîne entre cause et effet sont entre le personne et le loi. Par exemple, en ce qui concerne les droits et les devoirs dans l’agriculture urbaine, il existe un lien juridique entre la semence du produit et le consommateur final. Tout dans la chaîne comporte des règles de droit de la consommation, de droit international, de droit civil, de droit commercial, de droit économique, de droit pénal, de droit fiscal, entre autres.

Si nous considérons la chaîne de production de légumes biologiques dans le modèle d’agriculture urbaine, il est observé qu’ils sont contrôlés pour une série de contrats entre des personnes et des lois nationales ou internationales.

Le but de l’observation est d’identifier les chaînes pour le contrôle du droit et l’obligation entre les éléments participants des secteurs agricoles liés aux autres secteurs et la chaîne nécessaire au fonctionnement de l’agriculture urbaine dans le système économique national et international.

Nous considérons le secteur agricole dans la chaîne de produits biologiques. Production urbaine décentralisée de petites et moyennes entreprises comme alternative à la production de légumes et d’autres aliments dans une grande ferme.

Après avoir identifié l’objet à étudier, nous observons la relation juridique entre les éléments humains, le gouvernement, les entreprises du secteur et la chaîne principale pour comprendre et créer des contrats intelligents permettant de contrôler les droits et les obligations sans intermédiaires.

Une autre étude est nécessaire pour l’évolution de cet essai. Nous partageons cet essai en tant que première partie de l’étude sur l’agriculture et le modèle de contrôle des droits et des obligations des contrats intelligents.

Dans cet essai, nous examinons des données publiques, privées et sensibles sur l’agriculture urbaine. Ces données seront stockées dans la base de données et analysées par un système informatique. L’objectif est de créer des contrats légaux intelligents pour contrôler les droits et obligations des éléments de la relation commerciale.

Argument

Comment Legal Smart Contract contrôle-t-il la loi et les obligations dans le secteur de l’agriculture urbaine afin de résoudre les conflits sans intermédiaires?

Document complet: http://alexgarcias.com.br/Ensaios/France/AgricultureUrbaine/smartcontract/legal-smart-contract-agriculture-urbaine-alex-garcias-blockchain.pdf

_____________________________
Alex Garcias, Dr. Essai : Agriculture urbaîne, Legal Smart Contract, Blockchain : Contrôle des droits et devoirs sans intermédiaires. Seulement les gens et la loi, 2019, https://alexgarcias.com.br